Edito du 19 février 2012

Un Carême articulé…

« La grâce de Jésus notre Seigneur,  l’amour de Dieu le Père, et la communion de l’EspritSaint, soient toujours avec vous ».

Ce verset final de la seconde lettre de saint Paul aux Corinthiens est aussi ce qui introduit chaque début de messe.

C’est à une vie trinitaire en effet que nous sommes appelés : c’est-à-dire une vie d’Amour, une vie de Relations.

Pour cela, Dieu fait grandir en nous dès ici-bas trois vertus théologales,  divines pourrait-on dire, qui nous mettent en relation directe avec Lui : la Foi, en lien plus direct avec le Fils ; l’Espérance, en lien plus direct avec le Père ; et la Charité, l’Amour, en lien plus direct avec l’Esprit-Saint.

Pour cela aussi, Dieu nous a dotés d’une intelligence, pour croire ; d’une mémoire, pour espérer ; d’une volonté, pour aimer.

Pour cela enfin, Dieu nous offre le jeûne, pour aider à faire grandir notre espérance, et notre chasteté. Il nous offre aussi la prière, pour faire grandir en nous la foi et l’obéissance. Il nous propose enfin l’aumône (le partage), pour faire grandir en nous l’amour et la pauvreté.

C’est tout le sens d’un nouveau Carême de nous faire ainsi progresser dans la vie divine, au moyen des ces efforts de prière, de jeûne et de partage.

Bon Carême trinitaire !

+Père Jean-Brice Callery

Edito du 12 février 2012

« Je le veux, sois purifié ».

C’est clair. Si nous demandons à Jésus s’il veut ou non nous purifier, la réponse est oui.

Mais comme Jésus voit toujours plus loin et plus profond que nous, sa purification va elle aussi d’abord viser le plus profond : le cœur de l’homme, « compliqué et malade ».

L’onction des malades que nous pouvons recevoir en ces jours de prière pour les malades vise aussi d’abord notre cœur. C’est parce que notre cœur, notre âme, peut être malmené(e) par nos souffrances physiques ou/et morales, que ce sacrement a été inventé par Jésus.

Nous lui confions nos épreuves, nos maladies, pour qu’il les porte de l’intérieur avec nous. Jusqu’à l’extérieur parfois, quand il vient aussi soulager voire guérir certaines de nos infirmités physiques ou psychiques.

« Dans l’onction des malades, Dieu nous assure de sa bonté, nous offre force et consolation », « les sources de sa force jaillissant vraiment au cœur de la faiblesse humaine », rappelle le pape Benoît XVI.

Qui plus est, « si l’attention et le soin pastoral des malades est le signe de la tendresse de Dieu pour celui qui souffre, elle constitue également un bien spirituel pour les prêtres et la communauté chrétienne tout entière », ajoute-t-il. Car en rendant visite aux personnes malades et en leur proposant ce sacrement, nous prenons conscience que ce qui est fait au plus petit est fait à Jésus lui-même, nous nous ‘christianisons’ donc au passage…

+Père Jean-Brice Callery

Edito du 5 février 2012

Une journée pour nous faire du bien…

Aujourd’hui l’Evangile nous présente une journée ‘ordinaire’ de Jésus.

A faire le bien. Et à ne faire que ça.

Les deux lectures de ce dimanche nous donnent le choix pour orienter nos propres journées :

Soit maugréer comme Job et nous plaindre tout du long : « Vraiment, la vie de l’homme sur la terre est une corvée ».

Soit rendre grâce comme saint Paul et servir: « Je me suis fait le serviteur de tous… j’ai partagé la faiblesse des plus faibles… je me suis fait tout à tous… à cause de l’Evangile ».

Pour nous aider à choisir le bien et à ne choisir ‘que ça’, Jésus nous invite chaque jour à nous lever avec lui, à aller dans un endroit désert, et à prier.

C’est sa démarche quotidienne qui sous-tend toutes ses bonnes actions.

Chacun d’entre nous, quel qu’il soit et quel que soit son état de vie peut en faire autant. Pour certains, c’est 1/4h de prière silencieuse le matin avant de partir travailler, d’autres vont rejoindre l’oraison-adoration paroissiale à 8h ; d’autres encore s’arrêteront dans un lieu tranquille entre midi et deux, d’autres enfin déposeront leur vie en Dieu le soir…

Peu importent les façons de faire, en fait. Mais importe beaucoup en revanche le fait de le faire.

+Père Jean-Brice Callery

SPECIAL VIE CONSACRÉE

SPECIAL VIE CONSACRÉE  
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=RNP-_KR93LM

EN ACTION DE GRÂCE

EN ACTION DE GRÂCE  

Première communion le 28 janvier pour : Raphaël et Alexandre FOUREST.

Profession de foi célébrée les 28 janvier et 11 février pour : Grégoire de la Broise, Clotilde Duvaltier, Louis Fugagnoli, Sixtine de Givry, Madeleine Guégano, Quitterie d’Hardemare, Renaud Laborde, Jean Langlois, Camille Motard, Domitille Mourlon, Elisabeth Parent, Héloïse Poucin, Edith de Romanet, Camille Rozier ;
le 10 mars pour Charles Pétillot.    

Confirmation le 28 janvier d’Adrien ATGER, le 4 février de Valérie DOSQUET.