Edito du 1er décembre 2013

Réveil !

« Frères, vous le savez : c’est le moment, l’heure est venue de sortir de votre sommeil » C’est par ces mots que Saint Paul s’adresse aux premiers chrétiens de Rome pour les exhorter à retrouver une foi vivante et une conduite sainte. Remarquons que les premiers chrétiens connaissaient déjà cette difficulté de la vie spirituelle qu’est la tiédeur de l’âme ! Cette habitude au péché qui nous fait justifier notre médiocrité spirituelle, sous prétexte que d’autres font bien pire !  Cette habitude est l’ennemi de l’amour comme de la foi. Elle endort notre âme, sape notre résistance à la tentation, attiédit notre amour, étouffe peu à peu notre désir de sainteté – qu’on finit par juger comme un idéal excessif ou irréalisable ! L’Eglise nous offre ce temps de l’Avent pour nous ressaisir et raviver en nous la foi, l’espérance et la charité. Le Seigneur lui-même veut nous y aider, et nous en donner la grâce, si nous vivons de notre mieux ce temps. L’enjeu n’est pas mineur, si l’on en croit Jésus Lui-même : « Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. » Comme tout temps d’attente, que l’Avent nous fasse désirer et aimer d’avantage Celui qui vient !

Père Pierre-Hervé Grosjean +

Groupe St Joseph – Pères de famille

Notre groupe Saint-Joseph va reprendre ses bonnes habitudes !
Nous vous proposons de nous retrouver le 1er jeudi de chaque mois (sauf exceptions) pour une messe à 7h00 à l’église de St Cyr suivi d’un café  (et bien sûr de viennoiseries !). Ouvert à tous les pères de famille, ce temps privilégié cherche à aider chacun à porter sa vie d’époux, de père et de chrétien engagé dans le monde (travail, mission…). Prochaine messe : jeudi 15 mai à 7h.

SECOURS CATHO

CHANGEMENT DES HORAIRES DE PERMANENCE DU SECOURS CATHOLIQUE local situé près du presbytère). Les permanences ont désormais lieu le lundi : 9h30-11h30 / 14h-16h, le mercredi de 15h à 17h (nouveau créneau) et le jeudi de 9h30 à 11h30. Attention la permanence du jeudi après-midi est supprimée.

PRIER POUR LES VOCATIONS

VENEZ NOMBREUX PRIER pour les VOCATIONS

Vendredi 6 juin, 1er vendredi du mois,

Une seule messe le soir à 20h

suivie de 20h30 à 21h30 d’un temps d’Adoration et confessions.

Edito du 24 novembre 2013

Le Roi crucifié – Régner, c’est servir.

Comme elle dût raisonner douloureusement aux oreilles de Jésus, cette provocation : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! ». Ultime tentation sournoise du démon : Si Jésus s’était sauvé lui-même, en descendant de la croix, il aurait certes ébloui toute l’assistance par ce prodige, il aurait peut-être convaincu ce tortionnaire, mais il n’aurait pas sauvé le monde, en commençant par ce bon larron… Il a aimé jusqu’au bout, pour pouvoir régner en tous. La toute puissance de ce Roi ne s’est pas révélée par la force brutale, mais par le pardon : sa victoire sur le mal est acquise ce jour-là, parce qu’il a aimé, donné et pardonné jusqu’au bout ; c’est bien Lui qui a eu le dernier mot.

 

Soyons clairs : Jésus est Roi, pleinement Roi, de l’Univers. Le Fils de Dieu est infiniment plus Roi que n’importe quel souverain de la Terre. Son autorité s’étend sur toute la création : le vent, la mer lui obéissent… jusqu’aux démons ! Toute créature lui est soumise. Nos vies elles-mêmes sont entre ses mains. Il est notre Roi, notre chef, notre berger. Mais Jésus révèle sa puissance bien différemment des princes de ce monde : pour Lui, régner, c’est servir. Ce n’est pas être servi, ni « se sauver soi-même ». Régner, c’est  aimer et servir jusqu’à donner sa vie pour sauver… Voilà sur quoi méditer pour tous ceux parmi nous qui exercent ou exerceront une autorité, quelle qu’elle soit…

Père Pierre-Hervé Grosjean +

APPEL !

Nous recherchons des personnes qui pourraient assurer l’ouverture ou la fermeture de notre église paroissiale. Merci de vous signaler à l’accueil du presbytère ou par mail : [email protected]

Edito du 17 novembre 2013

« Travailleurs, travailleuses… »

 

Alors que l’évangile nous parle de la fin des temps, Saint Paul nous met en garde contre la tentation de l’attendre sans rien faire. Dans la vie humaine et spirituelle, la paresse ou l’oisiveté font des ravages. C’est une des raisons pour laquelle nous avons à travailler, et à apprendre à durer dans l’effort.

Notre travail, à la maison ou au bureau, professionnel ou bénévole, notre recherche de travail ou nos études, tout cela a du prix aux yeux de Dieu, qui s’est fait en Jésus – ne l’oublions pas – artisan. Il nous a confié la création, pour la poursuivre et améliorer ce monde. Il nous a confié nos talents pour servir ceux qui nous sont ou seront confiés. La paresse, en ce sens, serait un manque de charité vis-à-vis de ceux qui ont besoin que nous donnions le meilleur de nous-mêmes.

Ce travail, même s’il revêt forcément une dimension de pénibilité, héritée du péché originel, est en même temps un lieu de croissance. C’est un des enjeux pour ceux qui exercent des responsabilités en entreprise : permettre à leurs salariés, à leurs équipes, de pouvoir s’améliorer et grandir à travers le travail confié. En ce sens, le travail est au service de l’homme.

Enfin, notre compétence professionnelle sera bien souvent ce qui permettra à notre témoignage chrétien de porter du fruit, voire même qui l’autorisera. Une fois reconnus comme étant compétents, notre parole sera écoutée.

 

Père Pierre-Hervé Grosjean +

DENIER, DONS, QUÊTES : POINT DE SITUATION

DENIER, DONS, QUÊTES : POINT DE SITUATION

DENIER DE L’EGLISE

Chers amis, vous êtes 147 à avoir donné au Denier de l’Eglise pour l’instant. Soit 5 de plus que l’année dernière, à la même date, pour un montant équivalent. Vous étiez 242 à donner l’année dernière. Sans être très fort en maths, j’en déduis qu’une bonne centaine d’entre vous vont le faire bientôt ! Sans compter les nouveaux arrivants, et ceux qui n’avaient pas l’habitude de donner. C’est important que chacun se sente concerné !

Des enveloppes sont à votre disposition au fond de l’église. N’oubliez pas que vous bénéficiez d’une réduction d’impôt pour votre don : si vous êtes imposable, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt sur le revenu, égale à 66% du montant de votre don, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. Concrètement, si vous donnez 100 €, cela ne vous coûte en fait que 34€. Si vous donniez 300€, cela vous reviendrait en réalité à 102€.
Astuce : profitez du prélèvement mensuel automatique : plus simple et (presque) indolore !

 

DONS DIRECTS A LA PAROISSE

Le Denier est à destination du Diocèse. Vous pouvez aussi donner directement à votre paroisse, pour participer plus immédiatement à la vie paroissiale (par exemple, l’achat du fioul pour le chauffage, ou du matériel liturgique – il faudrait en urgence des nouvelles aubes pour nos enfants de chœur ! – ou encore le traitement du prêtre, de la secrétaire, etc…).

Dans ce cas, déposez ou envoyez votre don à l’ordre de « Paroisse de Saint Cyr l’Ecole » au presbytère (2 rue de la République). Attention, ce don-là ne donne pas droit à un reçu fiscal. Ces offrandes directes sont précieuses pour équilibrer le budget paroissial. Cette année, elles sont – pour l’instant – en forte baisse. Mais, sans doute, attendiez-vous Noël pour nous faire une belle surprise ? N’hésitez pas à anticiper un peu ! Cela rassurera notre trésorier…et votre curé !

LA QUÊTE

Première source de revenus pour la paroisse, elle vous permet, chaque dimanche, de participer concrètement à la vie de la paroisse. L’opération « +1 € » a été un succès…ponctuel. N’hésitez pas à la prolonger ! Si chaque adulte donne 1 € de plus que d’habitude, cela permet d’avoir au final une vraie incidence positive sur les comptes, sans que ce soit trop douloureux pour chacun.

L’ESSENTIEL

Je suis bien conscient que les temps sont difficiles pour tous. Votre don, quelque soit son montant, sera précieux. Dieu sait les efforts de chacun, selon son âge et sa situation personnelle. Soyez assurés de ma reconnaissance pour votre générosité. Avec ceux qui m’aident, nous faisons de notre mieux pour que vos dons soient bien utilisés, au service de la vie de la paroisse et de l’annonce de l’évangile ! Je vous en rendrai compte en fin d’année. Mais dès maintenant, que le Seigneur vous bénisse !

 

Père Pierre-Hervé GROSJEAN +

Curé-Doyen de Saint Cyr l’Ecole

SERVANTS DE MESSE

La prochaine rencontre des servants d’autel est prévue le mercredi 18 décembre, de  18H30 à 19H15

Tous les servants sont attendus.

J’invite tous les garçons, âgés de 7 ans et plus, qui veulent rejoindre le groupe des servants d’autel, à se rendre à cette réunion.

Ils seront formés avant de participer au service de la liturgie.

Edito du 10 novembre 2013

Le chrétien peut-il être patriote ?

Ce lundi 11 novembre, notre pays honore la mémoire de ses fils, morts en le servant. Il est bon que les chrétiens fassent leur ce devoir de mémoire. Tout simplement parce que nous sommes aussi filles et fils de France. L’Eglise nous invite à une certaine piété filiale vis-à-vis de notre pays : « l’amour et le service de la patrie relèvent du devoir de reconnaissance et de l’ordre de la charité » dit le Catéchisme au n°2239. Mais le chrétien n’est-il pas d’abord « citoyen des Cieux » ? Ne doit-il pas avoir un amour « universel », au-delà des frontières ? L’un n’exclut pas l’autre : « L’universalité, dimension essentielle dans le peuple de Dieu, ne s’oppose pas au patriotisme et n’entre pas en conflit avec lui, ce qui veut dire qu’aimer tous les hommes n’empêche ni ne crée de conflits de quelque façon que ce soit avec l’amour que nous devons à la patrie elle-même. Au contraire, il l’intègre en le renforçant par les valeurs qu’il possède, et particulièrement l’amour à sa propre patrie, si nécessaire jusqu’au sacrifice » C’est « la double condition du chrétien, non pas opposée mais complémentaire. En effet, il est membre de l’Eglise, laquelle est reflet et annonce de la Cité de Dieu, et il est à la fois citoyen d’une patrie terrestre, concrète, de laquelle il reçoit tout des richesses de langue et de culture, de tradition et d’histoire, de caractère et de façon de voir l’existence, les hommes et le monde. La paix vraiment durable doit être le fruit mûr de l’intégration réussie de patriotisme et d’universalité ». (Jean-Paul II)

Père Pierre-Hervé Grosjean +