RENFORCER L’EQUIPE de ceux et celles qui ouvrent et ferment l’église paroissiale.

RENFORCER L’EQUIPE de ceux et celles
qui ouvrent et ferment l’église paroissiale.

Afin que l’église puisse rester ouverte, plusieurs paroissiens se relaient le matin et le soir pour assurer ce service.

Nous sommes actuellement en sous-effectif suite à l’arrêt de certains et à l’absence ponctuelle d’autres… La secrétaire voudrait constituer une liste de personnes potentielles à qui elle pourrait s’adresser pour combler les manques, même ponctuellement.

Merci de vous faire connaître auprès de l’accueil paroissial ou du secrétariat : 01.30.45.00.25 /[email protected]

Edito du 29 mars 2015

Jusqu’au bout

Nous voici entrés dans la « grande semaine », ces jours saints pendant lesquels toute l’Eglise revit, presque heure par heure, la Passion du Christ et sa Résurrection. Profitons de ne pas être en période de vacances scolaires pour nous rendre aux différentes célébrations, et les vivre tous ensemble. La liturgie de la semaine sainte est belle, profonde, impressionnante. Du lavement des pieds à la vénération de la croix, en passant par le feu pascal, les rameaux ou le chemin de croix, les gestes, les paroles, les processions nous enseignent : c’est une véritable catéchèse.

Dans quel état d’esprit vivre ces jours saints ? Il est trop tard pour se lamenter sur ses résolutions non tenues ou son carême raté, passé trop vite. Au moins, nous aurons compris que nous sommes des pauvres qui avons besoin d’être sauvés. C’est ainsi qu’il faut suivre Jésus, l’accompagner jusqu’au bout. La liturgie réactualise les évènements qu’elle nous fait célébrer. Nous sommes bien il y a 2000 ans, à Jérusalem. Jésus se donne à nouveau pour nous. Nous voulons vivre ces jours avec lui, tout proches de lui, pour le consoler, le remercier, l’aimer et nous laisser aimer. Ainsi, le mystère pascal de sa mort et de sa résurrection pourra faire son œuvre dans nos vies.

Père Pierre-Hervé Grosjean +

Edito du 22 mars 2015

Les leçons du 25 mars

Deuxième pause dans le carême, à quelques jours de son issue : la fête de l’Annonciation, ce mercredi 25 mars. Que d’enseignements à tirer de cet événement ! On ne finira jamais de le méditer.

Ainsi, regardons combien cet événement inouï, qui va bouleverser la face du monde – Dieu s’incarne, Dieu vient parmi nous, Dieu se fait l’un de nous – se déroule dans le secret et le silence d’une petite chambre de Nazareth !  Si nous savions ainsi tout ce que Dieu fait encore en ce moment dans le secret des cœurs, nous serions moins découragés sur l’état du monde. Autre enseignement : le « oui » de Marie. Dieu a voulu en avoir besoin. L’amour de Dieu a besoin de l’engagement de notre liberté pour sauver ce monde. Et encore : nous sommes touchés de voir l’enfant Jésus dans la crèche. Mais imaginons-le dans le sein de Marie. Embryon divin, qui déjà réjouira Elisabeth, et Jean-Baptiste en elle. Cette partie de notre existence – si cachée et si précieuse – Dieu l’a aussi vécue. La vie sur terre de Jésus commence là, le 25 mars. Pas le 25 décembre. Encore aujourd’hui, Jésus n’agit pas seulement quand Il est visible aux yeux des hommes. Caché derrière les apparences du pain et du vin, demeurant en nous quand nous L’avons reçu, nous Le portons à notre tour pour vivre avec Lui et Le donner au monde ! Depuis ce 25 mars, Jésus est là, présent. « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps ».

Père Pierre-Hervé Grosjean +

Catho 78

CATHO 78  n°7, journal diocésain d’informations, est arrivé. Consacré à la Vocation sacerdotale, il est à disposition au fond de l’église. Prenez-le pour vous et pour distribuer autour de vous !

Edito du 15 mars 2015

Saint Joseph, veillez sur nous.

Le 19 mars, le carême va s’interrompre une première fois, le temps de célébrer la fête de Saint Joseph. Ce grand saint, époux de la Vierge et père adoptif de l’Enfant Jésus, aura bientôt sa statue dans notre église, grâce à votre générosité. Je voudrais qu’il ait aussi sa place dans notre prière.

Saint Joseph nous est proche : humble créature comme nous, marqué par le péché comme nous, sauvé par la Miséricorde de Dieu comme nous, il n’a pas dû être toujours évident pour lui d’accueillir le projet de Dieu, si bousculant. Il a dû lui falloir beaucoup d’humilité pour recevoir sa place dans l’histoire du Salut, auprès de l’Immaculée et de l’Enfant-Dieu. Il fut tout à leur service, offrant sa force, sa sagesse et son courage pour les protéger et veiller eux. A son contact, Jésus apprit le noble travail du bois et les traditions d’Israël. Saint Joseph fut un saint silencieux, s’effaçant devant ceux qui lui étaient confiés. Sa joie fut d’accomplir sa mission et de préparer Jésus à la sienne : en tout, il fut le « serviteur » par excellence. Qu’avec son aide, nous mettions notre joie à accomplir fidèlement ce que Dieu attend de nous. Qu’il puisse veiller sur nos familles, comme il a veillé sur l’Enfant et sa Mère, nous aidant dans les joies comme dans les peines, à choisir la confiance.

Père Pierre-Hervé Grosjean +

Edito du 8 mars 2015

Période de scrutins…

Alors que notre pays va connaître à nouveau un temps d’élections                  – occasion de vous rappeler le devoir grave que fait l’Eglise à chaque baptisé adulte de voter – la paroisse, elle, va vivre une autre forme de scrutins… Les catéchumènes qui se préparent au baptême vont en vivre trois, qui seront célébrés ces prochains dimanches de carême. Il en est ainsi dans toute l’Eglise.

Il s’agit à chaque fois de manifester ce discernement (on « scrute ») qui s’opère pour chaque futur baptisé entre le bien et le mal. Il lui faut renoncer au mal, à ce qui conduit au mal, et choisir le Christ. On s’y reprend à trois reprises, car tout effort de conversion a besoin d’être renouvelé. La communauté prie pour les catéchumènes, et le prêtre fait une prière d’exorcisme – c’est à dire de délivrance – sur eux. Le combat spirituel nécessite l’aide de nos frères dans la foi et la grâce de Dieu pour être gagné.

C’est l’occasion pour nous tous d’entrer avec nos frères et sœurs catéchumènes dans un effort de conversion renouvelé. Comme ils le découvriront à leur tour, même si nous sommes devenus enfants de Dieu, même si nous avons choisi le Christ, notre fidélité n’est jamais acquise une fois pour toutes. Le choix de Dieu est à reposer sans cesse.  Il nous faut le refaire profondément, généreusement, joyeusement avant Pâques ! Bonne suite de carême !

Père Pierre-Hervé Grosjean +