« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »

Nous connaissons bien cette prière de saint François d’Assise. Qu’elle puisse illuminer notre semaine pour nous rappeler que la paix n’est pas d’abord l’absence de guerre ou de trouble mais bien la venue du règne du Christ en nos cœurs. Prier pour la paix, c’est d’abord demander notre propre conversion pour que nous puissions agir comme des témoins de cette paix.

Père Antoine ROLAND-GOSSELIN – curé