Les éditos du Curé

THEME DE L’ANNÉE : « IL VEUT QUE NOUS SOYONS SAINTS »

A la suite de la lecture de l’exhortation apostolique du Pape François « Gaudete et Exultate », nous avons choisi avec le Conseil Pastoral de vous proposer de méditer cette année notre vocation commune à la sainteté. Dès le premier chapitre de son exhortation, le Pape fixe le cap : « Le Seigneur demande tout ; et ce qu’il offre est la vraie vie, le bonheur pour lequel nous avons été créés. Il veut que nous soyons saints et il n’attend pas de nous que nous nous contentions d’une existence médiocre, édulcorée, sans consistance. »

Beaucoup sont très forts pour analyser les crises que traversent l’Eglise ou notre pays, d’autres passent beaucoup de temps à se plaindre du monde actuel, d’autres encore élaborent des stratégies compliquées pour l’avenir ou rêvent du passé.

Pour nous, nous voulons simplement et plus concrètement prendre au sérieux notre vocation de baptisés. Il n’y a pas d’autres solutions ni réponses au mal que d’être des saints. Ce monde n’a besoin que de cela, l’Eglise ne sert qu’à cela, et seule une sainteté en actes, au quotidien, peut toucher les cœurs de nos contemporains. Sur ce chemin, nous trouverons notre bonheur et nous ferons celui de ce monde.

C’est le souhait que je fais pour nous tous, qui viendra éclairer les différentes initiatives de l’année mais aussi notre façon de vivre en paroisse : que notre communauté paroissiale aide chacun à vivre sa vocation, et soit une source, un oasis, auprès duquel se renouvelle et se ravive notre désir d’être saint dans notre vocation… « pour la gloire de Dieu et le salut du monde » !

Abbé GROSJEAN, curé

Edito du 23 septembre 2018

Si quelqu’un veut marcher à ma suite…

On assiste dans l’évangile de ce dimanche à une violente altercation entre Pierre et Jésus. C’est un événement à la fois assez rare et impressionnant. Qu’est-ce qui suscite ainsi la colère de Jésus et ses mots très durs ? Jésus vient d’annoncer sa Passion. Pierre, qui vient pourtant d’affirmer le premier qu’il était le Christ, se permet de lui faire de vifs reproches : comment imaginer que le Messie se laisse crucifier ? Comment imaginer que cette aventure extraordinaire qui dure depuis trois ans se termine dans un tel abaissement ? Comment supporter l’idée même de la croix ? C’est là une réaction très humaine, qui pourrait être la nôtre. Combien de fois sommes-nous tentés d’imaginer ou de rêver un christianisme sans la croix ? Un christianisme plus facile, qui ne nous demanderait pas de tout donner, de nous donner à ce point ? Une foi sans renoncements ni sacrifices, une foi chrétienne qui ne nous mettrait pas à contre-courant du monde ? Nous sommes tentés de gommer la croix de notre vie, ou de reprocher au Seigneur sa présence dans notre vie. Pierre, chargé d’affermir ses frères dans la foi, ne peut pas succomber à cette tentation. Jésus le reprend durement, et prévient chacun : pour être sauvé, pour Lui permettre d’être victorieux du péché en nous, il faut Le suivre et prendre son chemin. Or le chemin qui débouche sur Pâques, passe nécessairement par le calvaire, le don de sa vie, l’offrande de soi… Il n’est possible qu’avec Jésus. Ce chemin est rude, escarpé mais beau et fécond.

Abbé GROSJEAN, curé

Edito du 16 septembre 2018

La revanche de Dieu

Le prophète Isaïe annonce « la revanche de Dieu », la « vengeance » qui vient. Ces expressions peuvent nous sembler étonnantes et même effrayantes. Quel serait donc ce Dieu qui se « venge » ? Quelle est donc cette « vengeance » que le prophète promet pour rassurer « ceux qui s’affolent » ? Il s’agit en fait de la revanche de Dieu contre le mal, qui blesse la création et cause tant de souffrances, tant de tourments dans les cœurs. Dieu n’est pas indifférent à nos épreuves. Dieu ne reste pas « tranquille » au Ciel. « Il vient lui-même pour nous sauver ». Voilà la revanche : c’est l’Amour qui s’incarne, c’est Jésus qui vient affronter le mal et le vaincre sur la croix. Dieu descend dans l’arène de ce monde, et livre bataille contre tout ce qui détruit le cœur de l’homme et son bonheur. Cette lutte est victorieuse, nous le savons depuis le vendredi saint et le matin de Pâques. Les effets de cette victoire ne sont pas encore complets ni visibles totalement. Mais la promesse est faite, sa réalisation est actée : « Alors se dessilleront les yeux des aveugles, et s’ouvriront les oreilles des sourds… La terre brûlante se changera en lac, la région de la soif, en eaux jaillissantes.» Retenons ces mots comme un encouragement ardent de Dieu pour chacun de nous. Si le mal peut nous atteindre, Dieu ne le laissera jamais tout puissant. Le combat spirituel qui peut nous traverser, n’aura qu’un seul vainqueur – Jésus – si nous lui permettons d’agir en nous. Et cette victoire de la Miséricorde sera la plus belle des revanches…

Abbé GROSJEAN, curé

Edito du 9 septembre 2018

LA SAINTETÉ DE L’ÉGLISE ET SON RAYONNEMENT SONT ENTRE NOS MAINS

« Accueillez dans la douceur la Parole semée en vous ; c’est elle qui peut sauver vos âmes. Mettez la Parole en pratique, ne vous contentez pas de l’écouter : ce serait vous faire illusion. »
Ces quelques mots de Saint Jacques dans la 2ème lecture de ce dimanche, viennent éclairer notre rentrée et nous donner un axe pour les prochaines semaines. Ces derniers jours, l’Eglise a de nouveau traversé de sérieuses tempêtes. Je ne sous-estime pas le trouble que ces tourmentes peuvent causer dans le cœur des fidèles, et même au-delà. Ce trouble est légitime. Mais que faut-il faire ? S’associer aux commentateurs et autres spécialistes, si sûrs de savoir ce que l’Eglise devrait dire et faire ? Laisser l’agitation nous gagner et le doute s’installer ? Non. Il nous faut au contraire revenir au cœur de notre foi : ce que Dieu a dit, ce que Dieu nous donne, ce que Dieu nous appelle à vivre. Voilà ce qui dépend de nous, simples fidèles et curé : écouter la Parole de Dieu, essayer de la vivre. Nous sommes attendus là. Je crois au fond que c’est surtout cela dont le monde a besoin : des chrétiens qui vivent en chrétiens. A chaque fois que nous ne vivons pas selon l’Evangile, nous risquons de blesser nos frères, de nous blesser, de blesser le visage de l’Eglise. La sainteté et le rayonnement de l’Eglise ne dépendront pas d’abord de nouvelles structures ou d’une meilleure communication (même si c’est important !), mais de notre conversion, de notre désir de sainteté, de notre persévérance à aimer, servir et prier. Je vous souhaite à tous une belle rentrée, en comptant sur chacun pour bien accueillir les nouveaux arrivants. Qu’ils puissent découvrir l’esprit de famille que nous essayons de cultiver ici !

Abbé GROSJEAN, curé
Edito du 2 septembre 2018

TROIS SOUHAITS POUR CET ÉTÉ

La communauté paroissiale va sans doute un peu se disperser dans les semaines qui viennent. Beaucoup d’entre nous auront la chance de partir un peu, plus ou moins loin, pour vivre un temps de vacances. D’autres resteront ici, avec un rythme souvent un peu allégé pendant ces deux mois d’été. Je me permets de vous partager trois souhaits :
 Essayons de continuer à prier les uns pour les autres. Cette communion de prière est précieuse, elle nous permet de rester unis autour du Seigneur. Que notre éloignement géographique ne devienne pas une indifférence. Nous appartenons à une paroisse, et par là à l’Église qui est une famille. N’oublions pas cette appartenance, même et surtout quand nous sommes séparés. Priez pour votre curé aussi, qui prie pour vous.

 Prenons du temps gratuit avec chacun de nos proches : conjoint, enfants, petits-enfants, frères et sœurs, parents, filleuls, neveux et nièces… les vacances sont un temps propice à la transmission. On a le temps de partager, d’éduquer, d’expliquer, de raconter… C’est aussi un temps pour resserrer les liens et les cultiver.

 Reprenons le temps de lire. L’envahissement des écrans rend de plus en plus difficile pour beaucoup d’entre nous cet effort de la lecture. Il nous faut pourtant nourrir notre âme et notre intelligence par de belles lectures, qui élèvent et stimulent.
Que le Seigneur veille sur chacun de nous, en attendant la joie de nous retrouver à la rentrée pour une nouvelle année, pleine de projets ! Je vous garde bien fidèlement dans ma prière…
Père Pierre-Hervé GROSJEAN+
Edito du 1er juillet 2018

LE MONDE A BESOIN DE PRÉCURSEURS !

L’Église célèbre ce dimanche la solennité de St Jean-Baptiste, le dernier prophète donné à Israël pour préparer les cœurs à accueillir le Seigneur. Sa vocation éclaire la nôtre. Jean-Baptiste est connu pour être celui qui a désigné « l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ». Il a encouragé les uns et les autres à se préparer à la venue du Sauveur, puis à le reconnaître et le suivre.

C’est le cœur de notre mission d’apôtre et de prophète dans ce monde. Jésus encore aujourd’hui a besoin de précurseurs. Pour qu’Il soit connu, accueilli et aimé, pour qu’Il puisse sauver, il faut des serviteurs qui préparent ses chemins, qui aplanissent toutes les réticences ou les peurs qui empêchent les cœurs de s’ouvrir, qui annoncent Celui qui seul peut sauver. Il faut des Jean-Baptiste dans nos classes, nos entreprises, nos quartiers, nos groupes d’amis, des chrétiens qui sachent amener au Christ puis s’effacer ensuite.

C’est aussi de façon encore plus explicite le cœur de la vocation du prêtre. Le prêtre ne sauve personne lui-même, mais montre le Sauveur à ceux qui le cherchent. Le prêtre est au service de cette rencontre de chacun de nous avec le Christ. Le prêtre nous offre de vivre cette rencontre dans les sacrements et l’écoute de la Parole de Dieu. On peut même dire que le prêtre va plus loin que Jean le Baptiste. Non seulement le prêtre montre Jésus, mais il peut nous donner Jésus. Non seulement il annonce la rémission des péchés, mais il peut nous donner ce pardon promis…

Prions pour nos 5 prêtres ordonnés ce dimanche. Qu’ils aient l’ardeur et l’humilité du Précurseur. Qu’ils se sentent attendus, accueillis et portés dans la prière par tout un peuple. Nous avons besoin d’eux pour nous aider chacun à vivre notre mission.

Père Pierre-Hervé GROSJEAN+

Edito du 24 juin 2018

 

 

« Notre ambition, c’est de plaire au Seigneur. »

Saint Paul exprime bien les deux sentiments qu’éprouve le chrétien.
A la fois, il aimerait être déjà avec le Seigneur, dans la « claire vision », mais pour l’instant il met son cœur à accomplir sa mission ici-bas, avec ce corps qui est le sien, sa pauvre et belle humanité qui lui a été donnée. Il doit aimer, en faisant le bien. Il sait d’ailleurs qu’il lui faudra au soir de sa vie rendre compte de ce bien qu’il a fait ou non…  Il ne voit pas le but, mais il fait confiance, et « chemine dans la foi ». Son ambition, c’est tout simplement « de plaire au Seigneur ».

Il nous faut cultiver ce regard à la fois simple et plein de foi sur notre existence. Nous sommes des pèlerins. Comme tout pèlerin, nous désirons parvenir au but. Mais nous connaissons aussi l’importance de ce « cheminement » pour y arriver. Ceux qui ont marché vers Rocamadour, St Jacques de Compostelle ou Vézelay savent bien qu’au fond, le chemin nous prépare à accueillir la joie de toucher au but du pèlerinage. Nous avons besoin de ce chemin. Il nous forme, nous convertit, nous façonne et nous rend prêts à entrer dans le sanctuaire longtemps attendu. Qu’il soit encore le temps de marcher, ou que l’heure vienne pour ce pèlerinage de toucher à sa fin, notre seul désir est de plaire au Seigneur. Nous savons que Lui prend soin de nous, et nous accompagne. Il est à l’œuvre et comme le dit l’évangile, sa vie est semée, sa vie grandit en nous, dans le silence de notre âme, jusqu’au jour de la moisson. Voilà pourquoi « nous gardons toujours confiance ».

Père Pierre-Hervé GROSJEAN+

Edito du 17 juin 2018

Un péché impardonnable ?

Cette simple question devrait nous faire sursauter. Nous avons tous appris que la Miséricorde de Dieu pouvait tout pardonner. Existerait-il pourtant un péché plus grand que cette Miséricorde ? Jésus semble l’affirmer quand il prévient les pharisiens : « Mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, il n’aura jamais de pardon. Il est coupable d’un péché pour toujours. » Comment le comprendre ? Les scribes viennent d’assister à un miracle qui atteste de la divinité de Jésus. Mais au lieu de s’émerveiller, ils persistent dans leur projet de « coincer » Jésus. Ils en viennent alors en toute conscience à l’accuser d’être possédé, c’est-à-dire à attribuer au démon l’action de Dieu. Ils refusent en toute conscience, en toute connaissance, en toute liberté, que Dieu puisse agir. Ils refusent le bien, et vont jusqu’à le désigner comme le mal. Ils interdisent du coup eux-mêmes au Seigneur de pouvoir agir dans leur vie, de pouvoir même les pardonner. Ils n’y verraient à nouveau qu’une intention maléfique. La Miséricorde divine n’a qu’une limite : notre liberté. Le pardon ne s’impose pas.
Le pardon se propose. Et Dieu le proposera toujours. Mais si je lui nie cette possibilité de me pardonner, alors je deviens « impardonnable » : Dieu ne peut me forcer. Bien souvent, il est vrai que cette liberté est comme diminuée soit par l’ignorance, soit par la souffrance, soit par nos blessures. Dieu seul saura juger… Mais que cet avertissement de Jésus soit pris au sérieux, comme Dieu prend au sérieux notre liberté. La seule limite à l’action de Dieu dans nos vies, c’est notre consentement auquel humblement Il se plie. Notre « oui » est d’autant plus précieux à renouveler chaque jour, au-delà de nos pauvretés. Dieu a besoin de ce « oui » !

Père Pierre-Hervé GROSJEAN+

Edito du 10 juin 2018

Présence réelle

Nous célébrons ce dimanche le mystère de la Sainte Eucharistie, et contemplons Jésus réellement présent au Saint-Sacrement.
Cette vérité nous est révélée par Jésus lui-même : « Ceci est mon corps, ceci est mon sang ». Il ne peut ni nous mentir ni nous induire en erreur. Il nous faut recevoir ces paroles telles qu’elles sont, dans leur simplicité et leur absolu. Si je crois que Jésus est vraiment le Fils de Dieu, alors je crois qu’Il réalise ce qu’Il dit. Le miracle s’accomplit à chaque messe depuis 2000 ans. Et nous sommes souvent bien loin de le réaliser…

C’est peut-être la première grâce à demander : celle de la foi. D’une foi renouvelée, ardente, forte dans la présence réelle de Jésus parmi nous, dans nos tabernacles, dans nos églises, en cette hostie sainte que nous recevons et adorons. Cette foi doit imprégner notre attitude, notre prière, notre façon de communier, notre fidélité à la messe du dimanche, notre façon de vivre cette messe, notre empressement à venir adorer Jésus…

« Le voici, le pain des anges, il est le pain de l’homme en route, le vrai pain des enfants de Dieu, qu’on ne peut jeter aux chiens. » écrit
St Thomas d’Aquin dans la séquence lue à la messe ce dimanche.
Oui, sur ce chemin vers le Ciel qu’est notre vie sur terre, Jésus ne nous a pas laissés seuls. Comme il nous l’avait promis, il est « avec nous, jusqu’à la fin des temps ». Il est vraiment, réellement avec nous.
Qu’il nous donne de le redécouvrir et de le comprendre !

Père Pierre-Hervé GROSJEAN+

Edito du 2 juin 2018

« Un Esprit qui fait de vous des fils »

« Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur ; mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; et c’est en lui que nous crions « Abba ! », c’est-à-dire : Père ! ».

Il nous faut graver ces mots de Saint Paul au plus profond de notre cœur. Nous ne sommes pas une religion d’esclaves. Pour l’homme et la femme, Dieu a voulu une dignité de fils et fille de Roi ! Il nous reconnaît comme ses propres enfants. « Enfants de Dieu » : peut-on imaginer un titre plus grand ? Comment nous habituer à être appelés ainsi ? Nous avons là une source de consolation et de joie pour l’Eternité ! Bien souvent, nous nous dévalorisons ou nous nous décourageons devant nos misères. Ou alors, nous cultivons une vaine gloire : nous nous encensons comme si nous étions la source de notre valeur. Voilà l’antidote à la fois à toute dévalorisation et à toute vanité : la découverte de notre réelle dignité, la contemplation de ce que nous sommes aux yeux de Dieu, de ce qu’Il a voulu pour nous, de ce qu’Il nous a donné…. Cette prise de conscience nous fera repousser toute tristesse, et rendre grâce par notre prière mais aussi nos actes ! Ce titre « d’enfant de Dieu », cette adoption par le Père, nous engage à vivre une vie en cohérence avec ce que nous sommes devenus. Le Seigneur a donné sa vie pour nous en rendre capables et nous y aider. Il veut que tous puissent accueillir ce don immense et nous confie le soin de l’annoncer. Que toute notre vie soit une action de grâce au Père par le Fils, dans l’Esprit !

Père Pierre-Hervé GROSJEAN+

Edito du 27 mai 2018