Les éditos du Curé

« Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre »

L’Écriture Sainte que nous écoutons chaque dimanche, que nous lisons peut-être chaque jour, n’est pas un livre comme les autres. Ce n’est pas le récit des exploits d’un homme célèbre. Ni les mémoires d’un grand homme aujourd’hui disparu. Ni même la légende dorée d’un riche et puissant leader. C’est la parole vivante d’un Dieu vivant. C’est le sens de ce que dit Jésus, après avoir lu l’Écriture dans la synagogue. C’est l’expérience que nous pouvons faire en constatant que nous ne recevons pas de la même façon, chacun, le même texte que nous avons entendu pourtant ensemble. Dieu parle à chacun de nous à travers ce texte, Dieu nous parle personnellement. La lecture actualise le texte en quelque sorte. Dieu accomplit pour nous ce que le texte dit.

Il nous faut retrouver l’habitude de lire en famille et chacun de son côté l’Écriture Sainte, les Évangiles, la Parole de Dieu… Qu’elle puisse ainsi éclairer nos vies, nos discernements, nos choix, nos épreuves et nos joies. Voilà de quoi éviter la « routine » dans notre prière.

N’oublions pas que c’est l’Église qui nous apprend à lire cette Parole et à la comprendre. Elle nous donne aussi les sacrements pour nous aider à vivre le message porté par ces livres : notre vocation à être saints en répondant à l’Amour immense de Dieu révélé dans chaque page de la Bible.

Abbé GROSJEAN, curé

Edito du 27 janvier 2019

Tout débuta par des noces…

Jésus est donc invité à des noces, et il s’y rend. Le Fils de Dieu n’a pas dédaigné participer aux fêtes des hommes. Il ne va pas seulement à la célébration religieuse, il s’associe aux festivités qui suivent. Petit signe simple mais concret que le Seigneur se fait proche, et aime être associé à notre quotidien, avec ses joies et ses peines. Il va même accepter d’hâter l’heure de son premier miracle, pour « sauver » cette fête de famille, et éviter aux jeunes mariés un accroc qui aurait terni leur joie. Il est vrai que Notre Dame le lui a demandé. Jésus ne peut rien refuser à sa mère…
Il s’émerveille devant sa foi et sa bonté. Il connaît son attention et sa délicatesse. Il aime sa prière et l’écoute. Jésus réalise son premier miracle. Mais n’a-t-il pas en tête autre chose ? Ne voit-il pas un autre sens à ces noces… Ne lui évoquent-elles pas sa mission, cette mission pour laquelle il est venu, et qui lui fera donner sa vie trois années plus tard ? Commencer sa vie publique par « sauver » des noces, c’est sans doute – mais nous ne le comprenons que maintenant – éclairer le sens profond de ces trois années d’annonce de la Bonne Nouvelle sur les routes de Palestine. L’époux véritable c’est le Christ. Il vient chercher la fiancée infidèle – l’humanité – et la réconcilier avec lui. Il veut l’épouser, en établissant une nouvelle alliance. Ce sont les noces de l’Agneau, annoncées par Isaïe : « Comme un jeune homme épouse une vierge, ton Bâtisseur t’épousera. Comme la jeune mariée fait la joie de son mari, tu seras la joie de ton Dieu ». Notre âme se
laissera-t-elle réconcilier et séduire par l’époux ? Il donnera bientôt sa vie pour obtenir notre « oui ». Notre joie sera de nous laisser aimer et de l’aimer en retour, pour que ce qui a commencé par des noces, puisse s’achever dans des noces éternelles !
Abbé GROSJEAN, curé
Edito du 20 janvier 2019

Une nouvelle mission, un défi pour la paroisse

Notre évêque, Mgr AUMONIER, m’a nommé curé de la paroisse de Montigny-Voisins Le Bretonneux, pour prendre la suite du Père Bruno VALENTIN, nommé évêque auxiliaire de notre diocèse. Cette paroisse – qui porte un projet de construction d’une nouvelle grande église – ne pouvait rester sans curé pendant 6 mois. Mais il n’est évidemment pas question de vous abandonner comme cela, en milieu d’année ! Je reste donc curé de Saint-Cyr l’École jusqu’à cet été.

Cela va être un vrai défi pour notre communauté, puisque je vais devoir, à partir du 1er février, me partager entre deux paroisses, en faisant de mon mieux pour que la vie de l’une ou de l’autre ne soit pas trop impactée. Des allègements seront sans doute nécessaires pour les 6 mois qui viennent. Je vous fais confiance pour y consentir avec générosité et bienveillance. Un dimanche sur deux, un prêtre extérieur viendra me remplacer, quand je serai à Voisins et Montigny pour célébrer. Là aussi, je compte sur vous pour vous montrer accueillants. J’habiterai un jour ou deux par semaine à Montigny. Enfin, un successeur arrivera cet été, nous en connaîtrons le nom sans doute un peu après Pâques. L’évêque m’a assuré qu’il ferait cette nomination avec le souci que tout ce qui a été réalisé ici puisse se poursuivre.

L’heure n’est donc pas encore venue de se dire « au revoir » même si c’est une vraie émotion pour moi de savoir qu’il me faudra vous quitter bientôt. Vivons d’autant plus pleinement ces mois qui viennent, ces veillées Sitio, ce carême et la semaine sainte, mais aussi le WE paroissial de l’Ascension : ce sera un beau dernier temps fort à vivre ensemble.

Je confie cette nouvelle mission exigeante et enthousiasmante à votre prière. C’est un vrai défi pour moi, mais aussi pour ces deux paroisses, Saint Cyr comme Voisins-Montigny. Que le Seigneur nous donne d’accueillir dans la confiance les missions que l’Église nous confie, et de nous y consacrer avec générosité.

Abbé GROSJEAN, curé

Edito du 13 janvier 2019

« Me voici, je suis venu pour faire ta volonté. »

Selon Saint Paul, voici ce que dit le Christ en venant en notre monde. Ces mêmes mots qu’il prononcera au seuil de sa Passion, au moment d’accepter d’aller jusqu’au bout de l’Amour en donnant sa vie pour chacun de nous. Toute la vie du Christ, depuis sa venue même sur la terre jusqu’au don total de cette vie, est un acte d’obéissance filiale à son Père. L’homme avait désobéi à Dieu et provoqué par ce péché des origines, une blessure infinie. Jésus vient réparer cette désobéissance par son obéissance aimante et libre, réalisant ainsi la promesse du Père.

Noël, c’est le fruit du « oui » total de Jésus à son Père. C’est le fruit du « oui » confiant de Marie à sa vocation. C’est le fruit du « oui » généreux de Joseph à sa mission. L’obéissance à la Parole de Dieu, à sa volonté divine, ne nous rend pas esclave. Elle nous libère au contraire, et permet au projet de Dieu – que tous soient sauvés – de se réaliser à travers nous. L’orgueil de l’homme le pousse à croire qu’il peut revendiquer sa liberté en disant « non » à Dieu et à sa loi. Ce « non » au contraire le blesse et le rend esclave. C’est le drame du péché.

Que la fête de Noël nous donne l’occasion de redire « oui » à ce Dieu qui se donne à nous, qui vient nous visiter pour nous appeler à Le suivre. Que la joie de Noël nous fasse redécouvrir celle de dire « oui » au Seigneur qui veut notre bonheur éternel !

A tous, je souhaite un saint et joyeux Noël et vous assure de ma prière !

Abbé GROSJEAN, curé

Edito du 23 décembre 2018

La joie promise

Tout ce 3ème dimanche de l’Avent est marqué par la joie. Une joie annoncée, promise… dans un contexte pourtant difficile. Sophonie s’adresse à un peuple qui subit de lourdes épreuves, conséquences de son infidélité à Dieu. Paul s’adresse à des chrétiens qui subissent la persécution comme dans tout l’empire romain. Avant lui, Jean-Baptiste annonce le sauveur et appelle le peuple à se préparer… alors même que le pays est occupé.

Encore aujourd’hui, la joie du Salut se laisse accueillir au cœur même de nos difficultés, de nos épreuves. Il ne s’agit pas de « les oublier » le temps de Noël… mais bien de célébrer Noël, d’accueillir la grâce de joie et de consolation que porte ce temps, au cœur même de nos épreuves et de nos combats. La foi ne vise pas à nous faire fuir le réel ou à nous le faire oublier. La foi n’est pas « l’opium du peuple » pour reprendre l’expression de Marx. La foi nous donne de vivre ce réel en nous découvrant accompagnés et rejoints par le Seigneur. La foi nous porte même à nous engager au cœur de ce monde réel, pour permettre que la Promesse se réalise pour tous. La foi nous aide à comprendre et à voir ce réel comme Dieu le comprend et le voit, comme le lieu de la réalisation de la Promesse.

Que cette fête de Noël nous apporte la joie de la foi, la joie et la paix intérieure apportées par l’Enfant Roi, la joie et la paix du cœur qui résistent à tous les découragements et demeurent malgré toutes nos faiblesses.

Abbé GROSJEAN, curé

Edito du 16 décembre 2018

Jérusalem, quitte ta robe de tristesse !

Ces paroles du prophète Baruc annoncent le retour à Jérusalem du peuple emmené en exil. Les fils et les filles d’Israël reviennent, Dieu les ramène. Le Seigneur est intervenu. Jean-Baptiste annonce lui aussi l’intervention du Seigneur, et demande au peuple de s’y préparer. Les détails historiques que donne l’évangile soulignent que Dieu est entré dans l’histoire des hommes, à un moment bien précis… « Le jour du Christ » qu’évoque Saint Paul. L’Avent nous prépare à célébrer cet événement, mais nous fait aussi attendre ce retour du Christ en gloire, dernière et ultime intervention de Dieu dans l’histoire du monde.
Aujourd’hui, Dieu intervient-il encore ? Bien sûr. Dieu ne cesse d’agir. Comment ? Par les sacrements, il visite cette terre encore et toujours.
Il vient habiter les cœurs et nos tabernacles, non pour se tourner les pouces mais pour faire son œuvre de sanctification… pour autant que nous le laissions agir. Dieu intervient en inspirant ceux qui le prient. Leur action trouve une nouvelle fécondité, elle peut réellement transformer le cours de l’histoire. Croyons-nous vraiment à cela ? Les baptisés sont les mains et les pieds du Christ, pour agir et parcourir ce monde encore aujourd’hui ! « Vous êtes le corps du Christ ! » : c’est concret ! Dieu veut intervenir à travers nous. Dieu intervient enfin – même si c’est plus rare – de façon extraordinaire, en suscitant dans notre histoire des saintes comme Jeanne d’Arc par exemple, ou en pesant sur le cours des évènements comme lors de la bataille de Lépante, dont la victoire fut le fruit de la prière du rosaire partout en Europe, ou celle de Tolbiac qui vit la conversion de Clovis.
Rien ne nous interdit de prier et d’intercéder dans les périodes de troubles pour que le Seigneur se manifeste d’une façon ou d’une autre…
Abbé GROSJEAN, curé
Edito du 9 décembre 2018

Un cœur qui attend…

Nous faisons tous l’expérience dans notre vie de temps d’attente. Certains ne sont pas exaltants… Attendre son tour au guichet de la poste ou de pouvoir avancer au cœur des embouteillages matin et soir est vraiment pénible ! A part nous faire travailler la vertu de patience
(ce qui est déjà pas mal…), ces moments n’ont pas grand intérêt.
Tout autres sont ces temps d’attente qui creusent en nous un beau désir. Le jeune homme qui s’apprête à se déclarer à celle qu’il aime, l’épouse qui attend son époux de retour de mission, le jeune couple qui prépare la naissance de son enfant, les amis qui attendent le retour d’un des leurs, après de longs mois à l’étranger… l’absence de celui qu’on attend, ou du bonheur qu’on espère, est comme déjà apaisée par la joie qui s’annonce. On semble goûter celle-ci un peu, on l’anticipe, on l’imagine. Cette joie nous porte et nous fait espérer. Il y a aussi des attentes plus angoissées, plus inquiètes, plus douloureuses bien sûr. L’avent est une attente bienheureuse, même si elle peut se mêler d’inquiétudes. L’avent nous fait désirer d’un ardent désir la venue de l’aube, au cœur de notre nuit. Il nous fait tendre de tout notre être vers Celui qui vient. L’avent creuse en nous le désir de cette rencontre, et nous fait grandir dans l’attitude du veilleur. Ce temps forme en nous un cœur qui attend, espère, prie et se prépare. C’est la grâce qu’il nous faut demander, pour que le Seigneur se découvre attendu quand Il viendra. Sa Joie sera alors grande, et la nôtre décuplée.
Abbé GROSJEAN, curé
Edito du 2 décembre 2018

« Il a fait de nous un royaume »

En cette solennité du Christ Roi, qui vient clôturer l’année liturgique, nous célébrons Jésus-Christ en le reconnaissant comme notre Roi. « Cette royauté n’est pas de ce monde », comme Jésus lui-même le précisera. Il nous évite ainsi d’attendre de Lui ce qu’on doit attendre « des princes de la terre », ou de Lui reprocher ce qui est la conséquence de l’infidélité ou du péché de ces mêmes princes.
Mais cette royauté est réelle et éternelle. Elle est établie par Dieu le Père, comme l’évoque dans une vision le prophète Daniel. Il nous revient de la reconnaître. Très concrètement, dans notre vie, tout de notre vie doit lui être soumis. Tout lui appartient. Rien dans la vie d’un chrétien n’est indifférent à Jésus, ou ne peut être vécu sans Lui.
« Dieu premier servi » rappelait Jeanne d’Arc. Cette soumission, cette obéissance est appelée à être librement choisie. Surtout, il nous faut découvrir qu’elle est source de joie et de bonheur véritable. Jésus n’exerce pas une domination écrasante, infantilisante, humiliante sur ses sujets. « Il a fait de nous un royaume » : le servir nous donne une dignité magnifique. Nous associant à Lui, il fait de nous ses frères. Nous devenons fils de Roi avec Lui, cohéritiers du Père, enfants du même Dieu. Jésus nous revêt de sa sainteté. En nous reconnaissant de son Royaume, en le laissant régner dans notre vie, nous sommes appelés à passer de « serviteurs » à « amis » du Roi. Par son sang versé et sa vie offerte pour ces sujets, ce Roi nous appelle à cette immense dignité, celle de fils d’un même Père, de son Père.
Abbé GROSJEAN, curé
Edito du 25 novembre 2018

QUE TON REGNE VIENNE !

Toutes les lectures de ce dimanche nous font lever les yeux au Ciel, nous font porter notre regard au loin… vers la réalisation de la Promesse : l’avènement de notre Sauveur, son retour dans la Gloire, son règne dans les cœurs et sur tout l’univers.
Cela n’ira pas sans combats ni troubles. La bête qui se sait condamnée donne les derniers coups de griffe, elle est dangereuse. Ces épreuves et ce mal qui se déchaînent le prouvent. Mais les ennemis de Dieu seront un jour définitivement vaincus et sans plus aucun pouvoir. La mort elle-même ne sera plus.
Quand ?! Nul ne le sait, mais ces temps sont les derniers. Depuis l’Ascension, nous sommes entrés dans la dernière étape de l’histoire de l’humanité. Cet entre-deux mystérieux, entre le vendredi Saint et le matin de Pâques – la victoire du Christ est assurée – et son retour en Gloire – la victoire du Christ sera manifestée à tous. C’est fait, mais ce n’est pas encore manifesté. La promesse est donnée, elle a été signée par Jésus de son sang. Mais doit encore venir le jour où tout sera réalisé visiblement. Nous sommes en ce sens dans les derniers temps, depuis 2000 ans. Temps de l’attente, temps des veilleurs. Temps de l’Espérance, qui nous fait tenir debout et confiants au cœur de ce monde troublé. Chaque messe célébrée « en attendant qu’Il revienne » nous rappelle cette vérité-là, et en fait de nous les témoins pour ce monde.
Abbé GROSJEAN, curé
Edito du 18 novembre 2018

ILS ONT TOUT DONNÉ

Notre pays honore aujourd’hui ses fils qui sont morts lors de la grande guerre. A ce devoir de mémoire s’ajoute, pour nous chrétiens, le soin de prier pour ces défunts. La guerre est terrible, elle est toujours un drame. Elle est aussi le lieu où se révèlent les uns et les autres. L’évangile de ce dimanche éclaire d’une certaine façon cette réalité. Cette veuve que loue Jésus a donné non pas son superflu, mais tout ce qu’elle avait. Beaucoup de riches eux se sont contentés de leur superflu. Cette femme a donné « tout ce qu’elle possédait ». En faisant cela, elle se révèle et Jésus la donne en exemple.
Combien de jeunes ont donné pour notre pays « tout ce qu’ils avaient » ? Ils étaient pauvres eux aussi. Pauvres comme chacun de nous, de leurs faiblesses, de leurs limites, de leurs péchés. Loin d’être des saints, comme pour beaucoup d’entre nous ! Ils ne possédaient, dans les tranchées, plus que leur vie. Quand il fallut monter à l’assaut, aller secourir le camarade blessé sous les balles ennemies, se proposer pour la mission si risquée, défendre mètre par mètre la tranchée, ils n’ont pas compté. Ils ont tout donné. Je suis certain que Dieu – au cœur de cet enfer créé par l’orgueil des hommes – s’est laissé toucher par le sacrifice de ces jeunes, donnant leur vie pour le camarade d’à côté ou pour que restent français et libres une mère, un père, des enfants, une fiancée ou une épouse qu’ils avaient laissés…
L’homme est capable de révéler le meilleur de lui-même quand il consent à tout donner, à se donner lui-même au service de ce qui est vrai et juste, de ce qui est grand et bon. Dans cette offrande, Dieu reconnaît quelque chose de celle de son Fils. Aussi permet-il que ce sacrifice – qu’il soit sanglant ou non, immédiat ou dans la durée – ne reste pas sans porter du fruit.
Abbé GROSJEAN, curé
Edito du 11 novembre 2018