… puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné. » C’est ainsi que Saint Paul encourage les premiers chrétiens de Rome dans son épître. Il écrit à des chrétiens courageux : se convertir au christianisme à cette époque, cela veut dire risquer sa vie. Ils ont besoin d’une espérance qui les tienne. Une espérance qui ne déçoit pas… C’est l’espérance chrétienne. Elle est fondée sur l’amour de Dieu qui nous a été donné. Nous sommes chacun assuré d’être aimé personnellement par Dieu lui-même. Nous sommes certains qu’Il prend soin de nous. Nous savons qu’Il tient ses promesses. Promesse d’une vie non pas facile ou épargnée, mais d’une vie fructueuse, sur laquelle ni le péché ni la mort n’auront le dessus. Promesse de vie éternelle, déjà commencée. Cet amour de Dieu, cette amitié divine est notre plus grand trésor. Il nous faut en prendre soin ! C’est cette amitié qui nous ouvrira les portes du Ciel. Demandons à l’Esprit Saint de la raviver sans cesse, de la renouveler, de la rendre toujours plus jeune, plus ardente… et de nous en faire souvenir ! Rien de plus triste qu’un chrétien qui a oublié le don de Dieu. Rien de plus beau qu’un pauvre – comme chacun de nous – qui malgré ses limites et ses faiblesses, garde précieusement comme son plus grand trésor cette amitié de Dieu, la cultive de son mieux et s’en réjouit chaque jour !

Abbé GROSJEAN, curé +

Edito du 16 juin 2019