Un Sauveur nous est né !

L’Enfant-Jésus est bientôt déposé dans la crèche ! Ce geste de la déposition se fait naturellement au milieu du cri des enfants et dans une joie parfois surexcitée ! C’est Noël ! Noël ! Cri de joie qui se suffit à lui-même pour évoquer une joie profonde et comblante. Dieu est venu jusqu’à nous. Dieu nous aime. Dieu ne méprise pas l’homme. Notre monde vaut le coup, notre vie vaut la peine d’être vécue puisque Dieu lui-même tient à la partager. Notre monde, nos histoires personnelles, notre quotidien est aimé de Dieu. Il vient les sauver.

Paradoxalement, ce jour de Noël est aussi un jour redouté par tous ceux qui sont dans le deuil de leurs proches qu’ils auraient tant aimé voir avec eux. Dieu ne méconnaît pas ces souffrances-là. Elles sont déjà présentes dans l’Incarnation. Quelques jours après Noël, c’est le massacre des Saints Innocents. L’enfant-Dieu est emmailloté, comme il sera lié le Jeudi Saint ; il est dans une mangeoire comme déjà donné en nourriture.

La Croix est déjà présente dans la crèche. Nous ne fêtons pas un joli conte de Noël, nous fêtons un événement profondément humain qui contient l’immense joie (et non pas la nostalgie d’une époque ou le romantisme d’un tableau) de la Vie qui se manifeste en notre chair, et la douleur et la tristesse de la souffrance qui est déjà présente dans ce tableau hautement mélangé qu’est celui de la crèche : obscurité, pauvreté et rejet sont déjà présents.

Cependant, aujourd’hui, en ces jours saints, c’est la joie du triomphe de la vie et de l’immense Promesse qui se réalise que nous fêtons. Dieu l’avait annoncé, Dieu l’avait promis et cela a eu lieu. L’Emmanuel a pris place dans notre histoire, il est là. Venons le reconnaître comme étant notre Sauveur, lui seul peut venir nous libérer et nous donner l’Espérance, la Paix et la Joie !

Joyeux Noël à tous ! Portons la Paix de cet enfant-Dieu autour de nous !

Père Antoine ROLAND-GOSSELIN – curé