Les vacances de la Toussaint viennent à point. La course de la rentrée s’arrête un peu lorsque commencent ces vacances (pour ceux qui en ont !) et qui nous permettent de contempler le chemin parcouru en quelques semaines. C’est souvent l’occasion de remarquer qu’elles sont loin, les résolutions de début d’année !

Pendant ce temps particulier, la fête de la Toussaint nous invite à apprivoiser la compagnie des saints en découvrant ce mystère si particulier de la communion des saints. Vivants et morts, hommes et femmes à venir, tous unis dans le même Corps du Christ, dans la même communion à l’Unique Pasteur.

Arrêtons-nous un instant sur les saints. Ceux que nous aimons, ceux que nous admirons. Nous connaissons leur vie, nous connaissons leur talent. Est-ce que nous pensons à leur demander leurs dons ? Un des grands fruits de la communion des saints est que les talents des uns servent les besoins des autres ! Que sainte Thérèse de Lisieux me donne son enthousiasme, que saint François d’Assise m’apprenne son émerveillement, que mon saint patron me communique son don !

La communion des saints s’exprime aussi dans la prière que nous avons pour nos défunts. Ils ne peuvent prier pour eux-mêmes, eux qui apprennent la charité, y compris dans la prière, à l’école de l’Amour. Nous prions pour eux et ils peuvent prier et intercéder pour nous. Cette communion n’est pas une pieuse nostalgie, comme une manière de vouloir continuer ce qui ne peut plus se faire, elle est actualisation concrète de cet échange au sein de la communion des saints. Le soin que j’apporte ainsi à la tombe d’un de mes défunts est la manifestation de mon amour pour lui, mais plus encore, l’expression physique de ma prière invisible pour lui, pour qu’il se laisse purifier et qu’il entre dans la grande communion, celle du Corps du Christ, celle des Saints.

Sainte fête de la Toussaint, que la compagnie des saints nous inspire et nous guide !

Père Antoine ROLAND-GOSSELIN – curé