Trop peu…

C’est ce que Dieu nous révèle aujourd’hui de ses projets à travers le prophète Isaïe. Il ne veut pas de ‘trop peu’ pour son Messie. Il ne veut pas limiter son action, son amour. D’abord pas aux seuls Juifs. Il veut tout éclairer, et que chaque personne puisse être sauvée.

‘Trop peu’, c’est encore ce que Jean-Baptiste constate de sa connaissance du Christ, pourtant son cousin. Il avoue même par deux fois : « je ne le connaissais pas ».

Si lui, le plus grand des enfants des hommes, avoue son ignorance, que doit-il en être pour nous ?!

Oui, nous connaissons trop peu Dieu et l’étendue de son Amour.

Nous avons beau nous dire chrétiens, et l’être pour de bon au moins en partie, l’essentiel du message chrétien nous est inconnu, il nous faut humblement l’avouer.

C’est en même temps très motivant. Il y a donc plus d’amour à recevoir et à donner dans l’avenir, que ce que nous en avons déjà expérimenté !

Et ce qui marche pour Dieu marche par contrecoup pour chacun d’entre nous : l’essentiel de chacun d’entre nous n’est pas encore connu et aimé non plus ! Quelles heureuses perspectives pour cette année nouvelle que de pouvoir nous connaître et nous aimer davantage les uns les autres… Pour cela, Jésus en personne s’offre en raccourci pour nous y aider : plus nous prendrons le temps de le connaître et de l’aimer davantage, plus nous aurons les moyens de nous connaître et de nous aimer davantage les uns les autres. En route !

… Père Jean-Brice Callery