Joie de pouvoir fêter Pâques ! Comme chrétiens, nous mesurons que le rythme de nos semaines n’est pas marqué par l’actualité du monde mais par l’actualité liturgique. Qui pourra nous séparer de l’amour du Christ, de la joie du Ressuscité ? Notre espérance est renouvelée : quel que soit notre environnement, la Bonne Nouvelle est annoncée ! Il y a une vie après la mort ! La mort n’aura pas le dernier mot ! L’amour l’emportera !

Oui, je peux continuer à agir, contre tout espoir et attente humaine ! À vue de nez, rien ne bouge, notre monde peut prendre l’eau… Pourtant, parce que Jésus est ressuscité, je peux continuer à être vrai, à essayer d’aimer, à œuvrer pour le Bien. Le grain de blé ne porte pas de fruit tout de suite mais le Seigneur, le Maître de la Moisson, saura en son temps faire jaillir les fruits. Il m’appartient seulement de continuer à œuvrer humblement et joyeusement, sans me lasser.

Le Christ est ressuscité ! Il faut entendre l’affirmation dans toute sa radicalité ! Ce n’est pas une idée qui revient, une vague légende que l’on colporte ! Jésus, qui a vécu notre vie, est vraiment mort. On l’a vu mort. Son corps endolori n’en pouvait plus. Et pourtant, trois jours plus tard, on l’a vu vivant. Ce corps souffrant, mort puis ressuscité et glorieux ; ce corps nous apprend combien notre foi est charnelle.

Puisse ce temps pascal raviver en nous la foi, l’espérance et la charité pour que nous puissions continuer à être serviteurs de la joie du Père !

Père Antoine