Il y a quelque chose de presque provoquant à oser parler de joie dans notre contexte. Est-ce que c’est vraiment Noël lorsqu’on peine à se rassembler sans se disputer, lorsque l’on affiche des différences radicales sur ce qui devient bien plus que des options ?

Noël est pourtant là, avec ce message intemporel : Dieu se fait petit enfant. La toute-puissance de Dieu se révèle dans cet enfant incapable de se mouvoir par lui-même. Quelle leçon pour notre désir toujours plus écrasant ! Dieu tout-puissant se rend vulnérable, comme ces enfants innocents tués quelques jours après Noël. Quelle leçon pour nous qui refusons la moindre faille ou qui luttons pour être invulnérables ! Dieu, créateur du Ciel et de la Terre, se laisse déposer dans une mangeoire, dans l’odeur forte d’une étable. Quelle leçon de pauvreté pour nous qui ne rêvons que de nous sortir de notre condition !

Noël est une très bonne nouvelle, une très grande joie comme disent les anges ! L’humanité n’est pas prisonnière d’elle-même et de ses désirs, condamnée à n’être que le jouet de ses appétits. À Noël, elle est libérée par le Sauveur, appelée à redécouvrir l’immense joie de se montrer simplement humaine : incapable, vulnérable et pauvre mais aimée de Dieu et appelée à partager sa propre vie !

Joyeux Noël !

Père Antoine