En ce temps du Triduum pascal, je tiens à vous remercier, chacun, paroissien habituel et engagé, paroissien du seuil ou occasionnel. Je suis très fier et heureux d’être votre curé. Le prêtre que je suis, l’homme que je suis, est profondément bouleversé et transformé par ce ministère. C’est vrai, j’apprends à vos côtés, j’apprends beaucoup. Votre générosité, votre enthousiasme à répondre aux appels, à vous lancer dans des projets très incertains, votre sollicitude et votre attention, mais surtout votre confiance et votre bienveillance à mon égard m’impressionnent beaucoup. J’ajoute évidemment votre foi et votre désir de vous mettre à la suite du Christ, votre attention à chercher ce que le Seigneur attend de vous. Tout cela change ma manière d’être prêtre et m’apprend aussi à redécouvrir ce qu’est l’Église. La paroisse est une famille, une petite part du Corps du Christ, une famille d’accueil, qui pendant un temps nous rassemble tous, guidés par l’Esprit Saint. Quelle joie de se dire que nos messes du dimanche sont le signe visible de l’action de Dieu, Dieu qui nous fait répondre tous au même appel : celui de la sainteté.

Nos craintes nombreuses et légitimes sur l’avenir et la manière dont la foi sera vécue à l’avenir dans notre pays, sur la manière dont les familles vont tâcher de rester unies… tout cela est légitime mais nous apprenons aussi à nous remettre entre les mains de Dieu. L’ouvrier sait qu’il doit accomplir sa tâche, et notre tâche est claire : servir. Servir et aimer. Servir pour apprendre à aimer. Servir pour apprendre à se laisser aimer.

Dieu est avec nous, puisse ce temps pascal nous apprendre à faire éclater notre joie ! Que l’Esprit Saint manifeste en nous ses dons pour que nous ayons à cœur d’entrer dans cette multitude que le Père appelle et attire à Lui en les guidant à l’imitation du Fils.

Père Antoine